N°44 2014/2 – Crise, crises et crisologie européenne

POEU_044_L204

dirigé par Antoine Mégie, Antoine Vauchez, 2014/2 (n°44)

 

Dossier

 

Antoine Mégie, Antoine Vauchez – Introduction. Crise, crises et crisologie européenne

Qui pourrait aujourd’hui encore en douter ? L’Europe est entrée en crise. L’accumulation de chiffres, de rapports et de colloques en donne un aperçu presque quotidien et forme un inventaire sans concession des multiples « échecs », « déclins », « dysfonctionnements », et autres dérives qui caractérisent désormais l’Union européenne (UE). Jusqu’ici l’UE apparaissait comme l’acteur qui allait…

 

Benjamin Lemoine – Quantifier et mettre en crise la dette souveraine. Agences de notation, techniques comptables et constructions privées de la valeur des États

Cet article étudie différents sites empiriques au sein desquels se déploient des techniques de quantification des dettes publiques : enregistrements comptables, scénarios de soutenabilité future des finances publiques et notations financières. Incorporés dans le jeu politique, ces indicateurs ont la capacité de déstabiliser les politiques gouvernementales, mais aussi de mettre en crise les dettes souveraines. Plus qu’un miroir passif de la réalité, les techniques de mesure de la dette publique façonnent la valeur de l’État, son prix mais aussi ce qu’il vaut sur un plan comptable, financier et économique, lui attribuent des causes politiques à défendre en priorité, dont la sacralisation du remboursement à la valeur « réelle » des créanciers, et contribuent à fixer le débat autour d’un diagnostic alarmant sur la « crise » des comptes publics et sociaux.

 

Guillaume Sacriste – Sur les logiques sociales du champ du pouvoir européen. L’exemple de l’affaire Dalli

Cet article entend explorer les logiques de fonctionnement du champ du pouvoir européen en partant du cas de l’Affaire Dalli. Cette affaire de tentative de corruption d’un commissaire européen a révélé de manière relativement inédite le travail des grands cabinets d’affaires publiques européens et les modalités de leur activité d’intermédiaire entre certaines grandes entreprises privées et les institutions européennes centrales telles que la Commission européenne ou le Parlement européen. À partir des documents issus de cette affaire, ce texte défend que le champ du pouvoir européen est un « champ faible », fortement hétéronome, tiraillé par des tensions entre le national et l’européen d’une part et le public et le privé d’autre part. Il entend montrer que, dans la configuration actuelle, le pôle privé l’emporte sur le pôle public de ces institutions et conclut de ce fait à la grande réceptivité par les institutions européennes des intérêts de ces grandes entreprises privées.

 

Laurent Warlouzet – Dépasser la crise de l’histoire de l’intégration européenne

Les historiens de l’intégration européenne utilisent abondamment la notion de « crise », associée à celle de « relance » pour décrire les différentes étapes de l’évolution des Communautés européennes. Cet usage traduit souvent un centrage implicite sur l’Europe des Six, répondant en outre à une certaine tentation téléologique. Cette dérive, qui a largement été dénoncée par les contempteurs de l’histoire de l’intégration européenne, s’accompagne d’une situation de crise du domaine d’étude en tant que tel. Cependant, l’histoire de l’intégration européenne a aujourd’hui largement renouvelé ses méthodes et ses angles d’approche, permettant d’espérer une « relance » autour de la notion d’« histoire des coopérations européennes ».

 

Andy Smith – Usages scientifiques de « la crise » de 2008 et suite. Le cas des European Studies

Comment les difficultés économiques intervenues depuis 2008 ont-elles été décrites et décryptées par les spécialistes de l’Union européenne ? Fondé sur un recensement complet des quatre revues principales de ce champ académique en langue anglaise (Journal of Common Market Studies, Journal of European Public Policy, Journal of European Integration et West European Politics), cet article analyse d’abord la quantité d’articles publiés et qui les a produits. Dans un deuxième temps il aborde les présupposés théoriques, conceptuels et normatifs qui ont guidé les publications en question. Ce faisant, le texte revisite des hypothèses sociologiques concernant les European studies et leurs rapports aux disciplines académiques, à la méthode scientifique et aux partisans d’approfondissements de l’intégration communautaire. Tout en les validant et les complétant, cette analyse pointe aussi la faiblesse de l’économie politique au sein de la science politique contemporaine, ainsi que sa quasi-inexistence dans la recherche sur l’Union européenne.

 

Varia

 

Arthur Borriello – L’abolition symbolique du politique, de nécessité vertu. Les réformes budgétaires dans les discours du président du Conseil italien

La récente crise de la dette dans la zone euro a conduit à des plans d’austérité présentant une série de caractéristiques communes. Au-delà des débats sur l’efficacité et les conséquences politiques de ces mesures, cet article cherche à comprendre le discours spécifique qui l’accompagne. Le contexte de crise est considéré comme un moment d’exacerbation d’un discours dominant dépolitisé. L’article pose comme hypothèse que les stratégies discursives de dépolitisation se déclinent suivant trois registres distincts : un registre technique et des références à la globalisation et à l’UE, présentées comme des contraintes externes justifiant les réformes. L’analyse porte sur le cas italien – considéré comme paradigmatique – étudié à travers 41 discours prononcés par Mario Monti durant son mandat. Les résultats montrent une tendance à présenter l’UE à la fois comme une contrainte (voulue) et comme le lieu approprié pour faire face aux défis de la globalisation, tandis que la dimension technique du discours s’exprime à travers une métaphore clinique des finances publiques omniprésente.

 

Chantier de recherche

 

Nathalie Brack – Poor linkage and lacking representation. A thorn in the side of the European Parliament only?

Europe is experiencing a profound democratic malaise and contemporary democracies are facing an extreme challenge as more and more voices become critical of their institutions. Populist and radical parties are on the rise, reflecting the growing discontent of segments of the population towards traditional parties and elites (Albertazzi and McDonnell, 2007; Mair, 2011). At the same time,…

 

Lectures critiques

 

Thierry Balzacq – Sarah Wolff, The Mediterranean Dimension of the European Union’s Internal Security, Londres, Palgrave, Coll. « Palgrave Studies in European Union Politics », 2012, 288 pages.

Bien qu’ayant des racines plus anciennes, la dimension externe de l’espace européen de justice, de liberté et de sécurité (que, pour obéir à l’usage générique, on appelle encore « Justice et affaires intérieures »-JAI) a connu un développement spectaculaire depuis le lancement de la politique européenne de voisinage en 2004. Le fait que cette croissance coïncide, schématiquement, avec l’extension…

 

Cédric Pellen – Carolyn Ban (dir.), Management and Culture in an Enlarged European Commission: From Diversity to Unity, Basingstoke, Palgrave MacMillan, 2013, 288 pages

Dans quelle mesure la Commission européenne a-t-elle été affectée par les élargissements dits « orientaux » de 2004 et 2007 ? Comment cette organisation à forte dimension supranationale s’est-elle attachée à gérer l’arrivée en son sein d’un nombre important d’employés issus des douze nouveaux États membres ? Son fonctionnement a-t-il été transformé par l’intégration de ces nouveaux venus provenant,…

 

Lieve Van Hoof – David Engels, Le déclin. La crise de l’Union européenne et la chute de la république romaine. Analogies historiques. Paris, Le Toucan, 2012, 374 pages.

L’ouvrage recensé ici est singulier au sein des études européennes. Écrit par l’historien David Engels, Le déclin compare la crise dans laquelle se trouve actuellement l’Union européenne à la chute de la République romaine au cours du premier siècle avant J.-C. Plus précisément, l’auteur affirme qu’une crise identitaire (plutôt qu’économique ou institutionnelle) met en danger aujourd’hui…