N° 60, 2018/2 – Varia

POEU_060_L204Varia

Articles

Vincent Lebrou et Luc Sigalo Santos – Ce que le Fonds social européen fait à l’action publique locale Reconfiguration des rapports institutionnels, redéfinition des rôles professionnels 

Depuis les années 1990, le Fonds social européen (FSE) est l’un des principaux instruments d’intervention de l’Union européenne au sein des États membres. Pourtant, les enjeux de pouvoir qui sous-tendent son déploiement à l’échelle locale demeurent mal connus. À partir des résultats d’enquêtes ethnographiques sur des administrations départementales et régionales, les auteurs analysent la façon dont ces crédits communautaires sont appropriés, loin de Bruxelles, par les agents en charge de leur gestion quotidienne. Déconstruisant une vision enchantée du « partenariat », ils montrent que le FSE nourrit des stratégies concurrentielles qui contribuent à reconfigurer les rapports institutionnels locaux. Ils montrent également comment ce processus participe à redéfinir les rôles bureaucratiques, en érigeant la rigueur gestionnaire au sommet de la hiérarchie des compétences professionnelles légitimes.

Marie Walter-Franke – Construire un Système européen commun d’asile dans la discorde. Représentations polarisées des réfugiés dans le processus décisionnel de l’UE

Comment expliquer le profond disfonctionnement du Système européen commun d’asile face à la « crise »? Au-delà du défi que représentait le grand nombre d’arrivées, n’y a-t-il pas un problème plus fondamental? Son origine se situe-t-elle du côté des réfugiés ou au sein même de la politique européenne d’asile? Cet article propose des clés pour comprendre les contradictions de cette politique en identifiant les deux paradigmes qui la structurent: contrôle et protection. La tension entre ces paradigmes conduit à une polarisation dans la représentation des réfugiés, reposant sur deux stéréotypes agissant comme cadre interprétatif: le phénomène de l’abus du système et celui de la vulnérabilité victimisée. Cette polarisation permet de mieux comprendre le compromis politique sur lequel repose le système commun d’asile: des règles strictes faites pour prévenir l’abus du droit d’asile, modérées dans leur impact par de multiples exceptions introduites progressivement afin de mieux protéger les personnes identifiées comme vulnérables.

Kevin Crochemore – L’intégration des organisations syndicales est-européennes au sein du mouvement syndical international. L’exemple du secteur des transports 

Depuis la fin du bloc soviétique, le paysage des organisations syndicales de l’Europe centrale et orientale se recompose tout en tenant compte de l’héritage de la période précédente. Alors que la période postcommuniste semble terminée, ces organisations devraient pouvoir consacrer une part de leurs ressources à s’intégrer aux échelons européen et international. Toutefois, leur intégration ne dépend pas de leurs seuls objectifs mais également de ceux des confédérations et fédérations auxquelles elles s’affilient. En tenant compte de ce rapport, elles doivent composer tant bien que mal avec leurs ressources et leur héritage.

Ireneusz Pawel Karolewski et Roland Benedikter – La crise européenne des réfugié·e·s et des migrant·e·s: pression asymétrique et réponses politiques

La crise des réfugié·e·s et des migrant·e·s qu’a connu l’Europe a été une des questions politiques les plus importantes et les plus conflictuelles de son histoire récente. Depuis ses débuts au moment du Printemps Arabe en 2011 puis de son intensification en 2015, elle a été présentée comme une crise des migrant·e·s. Cependant, la réalité est bien plus complexe et il s’agit bien plutôt d’une crise « mixte », touchant tout à la fois des migrant·e·s et des réfugié·e·s. Cet article défend l’idée selon laquelle la réponse de l’Union européenne à cette crise peut largement être expliquée, d’une part, par la nature asymétrique de la crise elle-même et, d’autre part, par la structure inégale de l’Union. L’asymétrie est présente sous trois aspects différents qui sont analysés consécutivement dans cet article. Premièrement, la crise est asymétrique dans la mesure où elle affecte beaucoup plus certains États membres que d’autres. Deuxièmement, la structure-même de l’UE, avec ce qu’elle produit en termes de différenciation horizontale, de clauses d’opting-out et de partage inégal du fardeau, tend à conduire l’institution à produire des réponses asymétriques. Troisièmement, la position de l’Allemagne en tant qu’acteur-clé ajoute à la nature inégale de l’UE et a fortement influencé la manière dont la crise a été gérée en 2015-2016. Ces trois aspects de l’asymétrie permettent d’expliquer pourquoi trouver une solution commune s’est révélé si difficile.

Sophie Wintgens – Chine-Amérique latine et Caraïbes Un défi normatif pour l’Union européenne ? 

L’accroissement des échanges économiques et commerciaux de la Chine avec l’Amérique latine et les Caraïbes (ALC) va de pair avec l’imposition des normes, économiques et politiques, dont sa politique commerciale internationale est porteuse. Ce constat pose dès lors la question du défi que représente cette influence normative chinoise croissante pour la stratégie déployée par l’Union européenne (UE) en ALC. Pour répondre à cette question, cet article analyse la portée normative de la politique commerciale chinoise en ALC afin de voir si elle est porteuse d’un projet politico-économique régional comparable et concurrentiel au modèle d’intégration et de gouvernance régionale déployé par l’UE dans ce sous-continent.

Lectures

Marie Saiget – Une sociologie de l’action extérieure de l’UE dans la paix?

Silvia Bartolini – Dorte Sindbjerg Martinsen, An Ever More Powerful Court? The Political Constraints of Legal Integration in the European Union, Oxford, Oxford University Press, 2015, 272 pages