N° 53, 2016/3 – Le fédéralisme européen

E_POEU_053_H310

Dossier : L’Union européenne et le fédéralisme

Dirigé par Giacomo Delledonne et Giuseppe Martinico

 

Yves Mény – Préface. L’Union européenne et le fédéralisme Impossible ou inévitable ?

Un numéro de Politique européenne consacré au fédéralisme pourrait, en France, être perçu quasiment comme une provocation intellectuelle ou un aveuglement idéologique ignorant du principe de réalité. Non seulement le fédéralisme n’y a jamais été bien reçu et perçu par les classes dirigeantes, les médias, les élites juridiques, politiques ou académiques mais il n’y a pas présentement beaucoup de personnes…

 

Giacomo Delledonne et Giuseppe Martinico – Introduction. Le fédéralisme européen

Le dossier thématique publié dans ce numéro de la revue fait le point sur le processus d’intégration européenne en tant que processus fédératif . Par là, nous faisons référence à la notion esquissée et utilisée par Carl Joachim Friedrich : le fédéralisme ne serait donc pas « a term for a static pattern, designating a particular and precisely fixed division of powers between governmental levels »…

 

Robert Schütze – Two-and-a-half Ways of Thinking about the European Union

Cet article fait l’hypothèse que la théorie sui generis de l’UE est une théorie « négative » et « antihistorique ». De telles limites explicatives reposent premièrement sur une tautologie conceptuelle de base (Hay, 1966, 37) : l’UE est… . ce qu’elle est ; et elle n’est pas… . ce qu’elle n’est pas ! Deuxièmement, la théorie sui generis ne considère l’UE qu’en termes négatifs – l’UE ne serait donc ni une organisation internationale ni un État fédéral – pérennisant ainsi les fondements conceptuels de la tradition westphalienne. Quel autre type d’approche permettrait de penser de façon plus pertinente l’UE ? Cette contribution cherchera alors à expliquer dans quelle mesure le cadre fédéraliste constitue une grille de lecture pertinente afin d’interroger la nature de l’UE.

 

Giuseppe Martinico – Le langage fédéral et le processus d’intégration européenne : les Communautés européennes vues depuis les États-Unis

Cet article vise à offrir une analyse du langage et de la boîte à outils conceptuelle utilisés par les juristes comparatistes aux États-Unis au cours des premières années du processus d’intégration européenne, en accordant une attention particulière aux figures intellectuelles importantes, à savoir Peter Hay et Eric Stein. Entre les années 1950 et 1980, un important débat sur les « stratégies » de l’intégration juridique politique suivie par les acteurs politiques européens, a surgi dans plusieurs revues et journaux de droit comparé. Au cours de ces années, de nombreux auteurs des deux côtés de l’Atlantique ont comparé leurs perspectives, compte tenu de la comparabilité entre l’intégration américaine et européenne. Encore aujourd’hui, nous employons aujourd’hui le lexique fédéral utilisé par ces premiers commentateurs (preemption, incorporation, supremacy clause) pour décrire les concepts clé du droit de la Communauté européenne (aujourd’hui Union européenne). Cet article offre un regard critique sur l’origine d’un tel héritage linguistique.

 

François-Xavier Millet – Fédéralisme européen et identité nationale La voie du constitutionnalisme

Le phénomène fédéral ne peut être correctement appréhendé que de manière finaliste : le fédéralisme a pour objet d’atteindre un juste équilibre entre l’unité et la diversité. À partir de cette définition minimaliste, nous nous proposons ici de déterminer, d’une part, dans quelle mesure le respect de l’identité nationale de l’État membre constitue une garantie du fédéralisme dans l’Union européenne – autrement dit, s’il est de nature à embrasser à la fois l’unité et la diversité – et, d’autre part, ce que cela révèle à propos de la nature de ce fédéralisme et de l’Union en général.

 

Giacomo Delledonne – Homogénéité constitutionnelle et protection des droits fondamentaux et de l’État de droit dans l’ordre juridique européen

Cet article vise à approfondir la question de la relation dialectique et du conditionnement mutuel entre le(s) droit(s) constitutionnel(s) des États membres et la constitution de l’Union européenne. Ce faisant, nous puiserons dans les éléments du débat sur un vieux maître-mot des études juridiques du fédéralisme : l’homogénéité constitutionnelle. La contribution expliquera les raisons du nouvel essor d’une notion apparemment usée dans ce système juridique très particulier qu’est celui de l’UE. L’impératif d’homogénéité constitutionnelle, que l’art. 2 TUE consacrerait dans le droit primaire, fait figure de remède possible aux développements constitutionnels dans certains États membres, notamment en Europe centrale et orientale. L’article vise donc à éclairer les potentialités et les limites de l’homogénéité constitutionnelle.

 

Sigfrido Ramirez Pérez – Le principe fédéral à l’épreuve de l’histoire de l’intégration européenne Un succès paradoxal

Le fédéralisme a été le premier paradigme historiographique utilisé pour analyser le processus d’intégration européenne, et ce, avec un certain succès à partir des années 1970. En dépit de cette domination initiale sur l’historiographie, il est devenu marginal lorsque ce nouveau champ de recherche historiographique s’est vu inclus dans la recherche portée par les chercheurs venant de l’histoire des relations internationales et de l’histoire économique et sociale ensuite. Ayant servi de récit mobilisateur des fédéralistes à l’intérieur et l’extérieur des institutions européennes et fort d’un certain appui institutionnel, le fédéralisme a limité sa crédibilité en tant qu’école historiographique, en dépit du fait qu’un nombre non négligeable de ses thèses et de ses conclusions ait été confirmé par les dernières recherches en cours. Cet article cherchera à expliquer ce paradoxe à l’aide d’un aperçu sur l’évolution récente de l’historiographie de l’intégration européenne.

 

Lectures

Eleonore Pellé : Heike Klüver, Lobbying in the European Union : Interest Groups, Lobbying Coalitions, and Policy change, Oxford, Oxford University Press, 2013, 278 pages.

 

Alvaro Oleart Perez-Seoane : Christian Rauh, A Responsive Technocracy? EU Politicisation and the Consumer Policies of the European Commission, Colchester, ECPR Press, 2016.

 

Nathalie Berny : Nigel Haigh, EU Environmental Policy. Its Journey to Centre Stage, Abingdon, Earthscan/Routledge, 2016, 214 pages.