N° 4, 2001/3 – Mobilisations et clivages socio-politiques en Europe

PE4

Mobilisations et clivages socio-politiques en Europe

dirigé par Didier Chabanet, 2001/3 (n°4)

 

Didier Chabanet – Mobilisations et clivages socio-politiques en Europe

La construction de 1’EUrope et, plus largement, les transformations qui affectent l’espace européen sont à 1 évidence des phénomènes majeurs, qui constituent un défi nouveau pour l’analyse politologique. Les enjeux qui émergent sont nombreux, complexes et amènent à revisiter des problématiques dont l’analyse est relativement assurée, voire routinisée, lorsqu’elle est posée à l’échelle nationale…

 

Stefano Bartolini – La structure des clivages nationaux et la question de l’intégration dans l’Union Européenne

Introduction Notre développement comporte six parties principales. Dans la première, la pertinence de la question que nous posons est discutée. La seconde présente plusieurs manières de cadrer la question de l’impact de l’européanisation sur les systèmes de représentation nationaux. La troisième sert à énumérer brièvement différents types d’impacts et d’effets. Dans la quatrième, quelques enseignements…

 

Bruno Cautrès – L’électeur européen : une émergence difficile ou impossible ?

Les analyses portant sur les Sections européennes font souvent référence à un « électeur européen » (European voter). Face au déclin continu de la participation aux élections européennes, qui tend à s’accélérer d’un scrutin a l’autre, on peut s’interroger sur la réalité de l’existence de cet « électeur européen ». Si dès la première élection du Parlement européen au suffrage universel l’importance de l’abstention dans la plupart des pays avait été notée, de nombreux observateurs eurent alors tendance à expliquer ce phénomène par la nouveauté du scrutin. On pouvait penser qu’avec le temps les opinions publiques connaîtraient mieux cette instance et mesureraient son importance, ce qui permettrait une prise de conscience des enjeux de l’élection et une progression de la participation. Aujourd’hui, cette thèse se révèle fausse puisque l’abstention touche plus d’un citoyen européen sur deux Plusieurs explications à cette très forte abstention aux Sections européennes peuvent être avortées, chacune révélant une facette d’un phénomène complexe et multiple dans son expression. Quels que soient leur nature et le modèle d’analyse électorale auquel elles se réfèrent, ces tentatives d’explications posent toutes a. leur manière la question de l’émergence d’un « électeur européen », de l’émergence difficile (thèse optimiste), voire impossible (thèse pessimiste).

 

Donatella Delia Porta – Social movements and new challenges to représentative democracy. A perspective from Italy

In the Fall of 1999, in Oltrarno, the heart of the historical cerner of Florence, a small group of citizens collect 1000 signatures in a pétition that attacks the timidity of the center-left local government in facing growing pollution. The pétition présents a long séries of spécifie demands to reduce the number of polluting cars, increase the repression of the violations of the traffic rules…

 

Julien Weisbein – Le militant et l’expert : les associations civiques face au système politique européen 

Autres caractérisées par des stratégies visant à fonder leur légitimité sur la démonstration quantitative du nombre de leurs militants, ou de leur public réfbentid et sur la défense de normes éthiques ou idéologiques, les associations ont progressivement découvert l’importance, dans leur travail poétique, de l’expertise destinée aux pouvoirs publics. Le contexte de VUE renforce d’autant plus cette mutation, comme l’illustrent les associations établies à l’échelle européenne. Ceci découle aussi bien des caractéristiques du système politique de l’Union (à la fois ouvert aux associations et fortement contrariant pour leurs modalités d’intervention) que de la faible capacité de ces groupes a produire des mobilisations sociales. De mène, le primat fonctionnel de l’expertise dans le trouai militant semble illustrer une mutation de la démocratie européenne qià se jouerait autour du suffrage universel mais également de l’utilisation politique de la norme de drok.

 

Richard Balme, Didier Chabanet – Dialogue social européen et transformations des négociations collectives

Les politiques sociales de l’Union européenne BeginNoIndex EndNoIndex ont ceci de caractéristique qu’elles accompagnent la régulation du mard}& sans, d’une pan sans, d’autre part, prendre en charge les éléments les plus fondamentaux des systèmes de protection sociale (chômage, maladie, vieillesse), qui restera exclus des compétences communautaires. Le dispositif progressivement mis en place offre ainsi un visage paradoxal: il est veuttxvenentfirrt et conséquent dans des domaines plutôt marginaux ou périphériques – en tait cas souvent perça comme tels et relativement faibles dans les domaines les plus sensibles, qui concentrent l’essentiel des enjeux sociaux. Ces politiques n’offrent pas de protections équivalentes a celles des Etats-providence, ne garantissant en particulier aucune forme de protection sociale ou de redistribution. Pourtant, le système de VUE se consolide, s’équilibre et se stabilise peu a peu en développant des rondes spécifiques de régulations sociales, en dépit des freins que peut constituer l’intergouvemartentahsme européen. Ainsi, sur la période récente, la négociation contractuelle européenne se trouve relancée, surtout au niveau sectoriel. Si les accords signé à ce jour par les partenaires sociaux européens sont très circonscrits, ils sont au cœur des mutations économiques des sociétés européennes, permettant notamment d’encadrer les conditions de flexibilité des marchés du bravai et de délocalisation des emplois.

 

John Loughlin – The transformation of the state and the new territoral politics in western Europe

This comparative survey of the historical, institutional and policy aspects of regional construction in Brittany and Languedoc-Roussillon illustrates the paradigm shift in the nature and functions of the state and the emergence of a new kind of territorial politics outline in the first part of this paper. Paradoxically, the twin evolutions of the state and the European community have produced radically different results in the two regions. During the ‘Trente Glorieuses’, both Brittany and Languedoc-Roussillon underwent significant transformation socially and economically. Brittany managed to transform itself through the adoption of intensive farming, the arrival of large industry, and the scaling down of its traditional sector. Languedoc-Roussillon was also transformed by the same forces but went from mass wine production, through an economic crisis, and into more customised production of quality wine. The ‘region within the nation-state’ framework, even if its boundaries are contested, was a positive one for Brittany during the first period. Europe was largely absent. For Languedoc-Roussillon, on the other hand, it was essentially negative, exacerbating existing conflicts and creating new ones (for example, with the arrival of Front National politicians into the regional assembly).

 

Jeune chercheur

 

Hélène Baeyens – L’éducation à l’unification européenne des années 1950 à 1998. Une contribution sur la citoyenneté et l’identité européenne. Une approche constructive et conflictuelle de l’identification à l’Europe.

On a beaucoup discuté des questions d’identité et de citoyenneté européennes ces dernières années. Cependant, entre les discours partisans visant à montrer quels sont les contours d’une identité européenne préexistante et les discours théoriques sur les conditions d’émergence d’une citoyenneté européenne, la recherche a encore peu avancé sur le rapport concret d’identification à l’Europe en construction….

 

Lectures critiques

 

Muriel ROUYER – La question de l’Etat européen

La question de l’Etat européen propose une réflexion de théorie politique sur l’Europe politique alors que, du fait des transferts de souveraineté des Etats-membres vers les institutions européennes, « 1TJE illustre jusqu’à la caricature les menaces pesant sur l’autonomie démocratique » (p.36) et alimente un désintérêt, voire une critique, de la construction…